Récit d’un voyage photographique au Vietnam

Mathieu Mamousse est photographe. Tout juste revenu d’un long voyage, il raconte ici un extrait de ses aventures vietnamiennes.

 

133296Guillemets copyEn Décembre, j’ai traversé le Vietnam du Sud jusqu’au Nord, de Ho Chi Minh aux montagnes de Sapa. Le Vietnam se différencie des autres pays d’Asie du Sud-Est que j’ai pu traverser. L’air est lourd et humide dans le Sud, puis sec et frais dans le Nord, le ciel est chargé, la mer agitée et les paysages grandioses et froids offrent constamment des bribes de l’Histoire du pays. Les Vietnamiens ont payé fort le prix des années de guerre. Ils ont choisi de pardonner sans pour autant oublier, faisant preuve d’une grande générosité et d’une grande fierté.

Entre pêcheurs, tribus des montagnes du nord et jeunesse branchée de Hanoi, le Vietnam regroupe une population riche en diversité et en culture. Voici quelques unes des rencontres que j’ai pu y faire.

 

LES CELEBRATIONS D’HOI AN

Mathieu Mamousse photographie TAFMAG voyage 8

Hoi An est située dans le centre du pays, le long de la mer de Chine. C’était à l’époque un port majeur, abritant de grandes guildes de marchands chinois, vietnamiens, japonais et européens. La ville abrite de nombreux bâtiments historiques, mélange d’architectures des différentes civilisations qui s’y sont croisées. J’en garde un souvenir de pluie et de dédales de rues interminables.

Le soir, le long des berges, des centaines de personnes se sont rassemblées pour célébrer la pleine Lune. L’éclairage public est éteint et les enfants vendent aux locaux et aux touristes des milliers de petites lanternes à jeter dans la rivière afin de célébrer la pleine Lune et s’attirer le bon sort.

Il pleut et cette petite fille s’acharne. J’ai pu la photographier quelques secondes avant qu’une rafale de vent n’emporte vers la rivière ce qu’elle avait confectionné. Je la vois alors s’éloigner vers sa barque attachée au ponton voisin, et commencer à ramer dans l’obscurité vers la berge Nord, celle réservée à ceux qui n’ont pas eu la chance de profiter de l’opulence des marchands d’antan.

 

SUR LA ROUTE DE HUE

Mathieu Mamousse photographie TAFMAG voyage 10

Le long de la route vers Hue, ancienne capitale impériale, je remarque de grandes formations rocheuses qui changent des plaines sans fin du centre du pays. Je gare ma moto plus loin, pour éviter d’être poursuivi par dix commerçants qui voudront que je la mette devant leur boutique contre 1 dollar.

Se succèdent le long des marches qui montent vers le sommet, temples, boutiques kitchs et stands photos avec pour arrière-plan les fameux pics rocheux. L’endroit est en fait un lieu historique de pèlerinages et de recueillement. Je continue jusqu’au bout vers la dernière formation rocheuse. En haut, un grand escalier éclairé à la bougie plonge vers l’intérieur du pic.

Les escaliers mènent vers une cave gigantesque, de la taille du hall d’une gare. A l’intérieur, des vestiges d’anciens hôpitaux de front où se cachait le Viet Minh pendant les guerres du Vietnam abritent de nombreux temples et statues où viennent se recueillir les fidèles éreintés par l’ascension des marches.

Cette jeune fille d’à peine 18 ans a prié de longues minutes, avant de prendre un selfie devant la statue, symbole d’une nouvelle génération qui n’oublie pourtant pas ses traditions.

 

LES COURAGEUSES DE SAPA

Mathieu Mamousse photographie TAFMAG voyage 4

La région de Sapa se trouve dans les montagnes de l’extrême Nord du pays, juste avant la frontière avec le rival chinois. Le décor est mystique et cinématographique, la température approche les 0 degrés, la brume a empli la ville et les grandes marmites de phở remplissent l’air d’une fumée épaisse. J’ai suivi Zo, une guide qui fait partie de la tribu des Hmongs.

A 20 ans elle élève déjà deux enfants, cultive l’indigo, la plante locale utilisée pour la teinture et la confection des vêtements traditionnels, récolte le riz pendant la saison, marche des kilomètres en tant que guide et fabrique bijoux et vêtements la nuit qu’elle vendra ensuite au marché local. Son mari, lui, passe l’hiver dans les montagnes avec les autres hommes du village. Ils abattent les arbres qu’ils redescendront au marché, quand ils ne payent pas le prix de l’abondance d’alcool de riz ingurgité la veille.

A la tombée de la nuit, les chants de la chaman du village résonnent dans la maison voisine. Elle bénit l’intérieur, jetant au sol des cornes de buffles tout en récitant des incantations. Les Hmongs n’ont pas de Dieu, mais ils prient leurs ancêtres avec des offrandes et des rituels réguliers. La météo est clémente le jour de mon départ et les montagnes qui entourent la vallée se dévoilent petit à petit. Il est alors temps de redescendre doucement vers Sapa.  133296Guillemets

 

Texte et photos : Mathieu Mamousse

Plus de photos et de voyages sur son site.

 

About The Author: TAFMAG