PHOTOGRAPHIE // Sophie Ebrard : Et si ce n’était que de l’amour?

Basée à Londres, la photographe française Sophie Ebrard développe une œuvre profondément humaniste et intrigante. Cette dualité transparait dans le choix de la lumière naturelle et englobante, et le cadrage, le plus souvent serré comme pour laisser le spectateur s’inventer la suite de l’histoire. La photographe se ballade à travers le monde depuis près de huit ans, en quête de regards, de personnalités et d’instants en fuite. C’est aussi le charme des contraires qui attire cette artiste caméléon qui n’hésite pas à se faufiler dans des milieux qui lui sont étrangers pour ses différents projets.

 

Par delà les apparences

Pour « It’s Just Love », elle s’engouffre dans l’univers sulfureux du porno et y décèle cette part de beauté cachée qui ne cherchait qu’à être révélée. Pendant quatre ans, elle a suivi le réalisateur Gazzman sur l’ensemble de ses tournages. Los Angeles, Barcelone, Le Pays de Galles et toujours cette déconcertante sensation de normalité. Dans cette série, pas de place pour le vulgaire. Sophie Ebrard dépeint les interactions d’hommes et de femmes sur leur lieu de travail et met ainsi en lumière l’envers du décor. Le X devient alors anodin, presque poétique.

 

 

Site 

L’instagram 

 

About The Author: Aphélandra Siassia