PHOTOGRAPHIE // GENEVIEVE GAIGNARD : UNE SELFIE-QUEEN AUX AMÉRIQUES

Genevieve Gaignard est une photographe américaine vivant à Los Angeles. Son travail est exposé pour la première fois en France à la Galerie Praz-Delavallade, jusqu’au 28 avril. L’occasion d’évoquer son œuvre entre selfies, mises en scène cinématographiques et réflexions sur l’identité.


 

  • SELFIE QUEEN

Née dans le Massachusetts d’un père noir et d’une mère blanche, Genevieve Gaignard a ensuite fait ses études à l’école d’art de la prestigieuse université de Yale. Elle est photographe, mais réalise aussi des collages et des installations autour d’objets vintages.

Ses photographies la font toujours figurer au premier plan. À travers ses postures et ses tenues qui varient à chacun de ses autoportraits, elle représente des dizaines de femmes. Comme un caméléon, elle change d’apparence selon son propos, elle est tantôt pin-up, tantôt star en fourrure, tantôt américaine « middle class » en chemise à carreaux ou parfaite « housewive » arrosant sa pelouse… Rien d’étonnant pour l’artiste qui se dit incapable de correspondre à une seule catégorie de personnes. Avec ses déguisements un peu tape à l’oeil, les canons de beauté traditionnels sont loin et tant mieux !

Genevieve explore par son travail une vaste question : qu’est-ce qu’être une femme dans notre société de surexposition et de surconsommation ? Avec ses mises en scène d’elle-même, elle rappelle que de nos jours chacun construit une image de soi sur les réseaux sociaux, pas toujours authentique. Et ainsi, la photographe s’approprie la forme du selfie pour en faire un moyen de réflexion sur l’identité et le réel, et non plus seulement une façon de se montrer. Ses images rappellent les caricatures de la société réalisées par Cindy Sherman, dont nous avions parlé sur Tafmag.

 

  • « CREATIVE CURVY GINGER »

Genevieve Gaignard pose dans des univers très américains, cinématographiques : autoroutes, stations essence, plages hollywoodiennes, banlieues pavillonnaires. Ces univers sont eux aussi des clichés, ils représentent l’image que l’on se fait de l’Amérique sans forcément la connaître.

L’artiste puise son inspiration dans les réseaux sociaux qui lui fournissent de la matière et des références pour créer des oeuvres nouvelles. Elle se sert aussi d’Instagram pour donner à son public un aperçu de ses différentes facettes et pour se montrer telle qu’elle est, dans la vraie vie. Son pseudo annonce la couleur, Genevieve est une « Creative Curvy Ginger », bien dans sa peau.

 

 

 

                           GENEVIEVE GAIGNARD                    → Site                      → Instagram

 

 

Exposition Hidden Fences – Genevieve Gaignard
Galerie Praz-Delavallade
5 rue des Haudriettes 75003
Jusqu’au 28 avril

About The Author: Juliette Mantelet