Ni Dieu, Ni Diable : Augustin Billetdoux réadapte l’oeuvre d’un auteur controversé

Régis se destine à devenir prêtre. Il vit un amour chaste avec Anne-Marie. Michel, épicurien notoire, tombe fou amoureux d’Anne-Marie, alors confrontée à un choix cornélien : L’amour sacré et éternel ou l’amour passionnel mais éphémère.

Ni dieu ni diable lucernaire tafmag 2

Augustin Billetdoux a transposé sur les planches Les Deux Étendards, roman méconnu écrit en 1951 par Lucien Rebatet, antisémite invétéré et admirateur du Führer. Il est malgré tout considéré par certains critiques comme étant l’un des plus grands chefs-d’œuvre littéraires du 20ème siècle. « Attention, précise Augustin, les positions collaborationnistes et antisémites de Lucien Rebatet inspirent le plus profond dégoût. Nous considérons qu’une œuvre existe indépendamment de son auteur. »

Augustin Billetdoux, auteur, et Julie Duquenoÿ, metteuse en scène, ont exhumé Les Deux Étendards pour des raisons purement artistiques. C’est en visionnant un « Apostrophe » de 1985 qu’Augustin a découvert le roman qui pâtit encore de l’identité sordide de son auteur. En lisant ses 1328 pages, son adaptation théâtrale lui est apparue comme une évidence : « Le fanatisme et l’amour sont deux thèmes universels, justifie Augustin Billetdoux, et surtout, intemporels. J’ai tout de suite imaginé ce roman remis au goût du jour. »

Bien qu’écrit en 1951, Les Deux Étendards est un roman très dix-neuvièmiste, bourré de considérations théologiques et prônant l’amour mystique. A l’ère du virtuel, des sites de rencontres et des divorces, Augustin Billetdoux s’interroge : « Être amoureux, n’est-ce pas là le véritable esprit rock ? »

Ni dieu ni diable lucernaire tafmag 3

Régis, Anne-Marie et Michel incarnent une jeunesse se révoltant contre les désillusions et refusant la médiocrité. « Comment faire pour que l’amour ne se consume pas ? » Le spectateur s’interrogera donc sur toutes ces questions soulevées mais aussi sur l’adaptation de cette pièce aujourd’hui dans une salle parisienne : reflet du retour en force d’idées et de valeurs réacs.

Augustin Billetdoux a 28 ans. Après un master en politiques environnementales à Sciences Po Bordeaux, il sort son premier roman en 2012 : Le Messie du peuple chauve, qui traite de la calvitie et du réchauffement climatique.
Après une histoire d’amour avec une comédienne, il sort Les Joueuses en 2014, son deuxième roman. Une histoire d’amitié entre deux femmes apprenties comédiennes.

Il rencontre alors Julie Duquenoÿ, formée à l’école Claude Mathieu à Paris, à qui il fait lire Les Deux Étendards. Ils montent ensemble une troupe de comédiens, tous également issus de l’école Claude Mathieu, et décrochent le Prix Théâtre 13 récompensant les jeunes metteurs en scène à découvrir et à surveiller.

Ni dieu ni diable lucernaire tafmag

Au Lucernaire à Paris.
Du 5 novembre au 7 décembre.
Du mardi au samedi à 21h30 et les dimanches à 17h.
Relâche le dimanche 9 novembre.

Avec Lou de Laâge, Clément Séjourné, Damien Zanoly, Mathieu Graham, Ariane Brousse et Pierre Vos.

 

Julie Maury
Crédits Photos : Julie Duquenoÿ

à propos de l'auteur Julie

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *