MUSIQUE // Oumou Sangaré, la lionne malienne

« Lionne du Mali », monument de la musique africaine, c’est elle. TAFMAG a eu la chance de rencontrer la chanteuse Oumou Sangaré la semaine dernière. Entretien solaire d’une femme extra-ordinaire.

 

 

Une force de la nature

Oumou a sorti son nouvel album Mogoya, huit années après le dernier Seya, paru en 2009. La chanteuse nous explique qu’elle préfère « travailler sans pression » y aller doucement, à son rythme… Un rythme pourtant effréné puisque cette grande dame jongle entre sa carrière de chanteuse et celle de chef d’entreprise avec sa marque de voiture (Oum Sang), son hôtel à Bamako (le Wassoulou) et sa ferme pilote. Une vie à 300 km/h si vous en doutiez.

 

La musique dans la peau

Et pourtant, la musique reste omniprésente, elle est là, en elle. Oumou explique : « Je peux travailler aux champs et composer ». L’un n’empêche pas l’autre, le travail est même sa source d’inspiration. Sa musique, particulièrement appréciée par le continent africain, en passant par Copenague ou le Japon, touche justement les hommes et les femmes dans leur quotidien.

 

Les gens d’aujourd’hui

Son dernier album Mogoya, à traduire par « Les gens d’aujourd’hui », continue de véhiculer des messages forts. Entre remise en cause de la justesse des coutumes ancestrales barbares et glorification des valeurs traditionnelles africaines, la « Voix du Mali » ne mâche pas ses mots et réussit à trouver un équilibre parfait dans ses chansons et sa musique. Pour en arriver là, Oumou a fait appel au trio de jeunes musiciens français A.l.b.e.r.t qui ont à leur actif un joli éventail de collaborations, avec entre autres Sébastien Tellier, Air ou encore Charlotte Gainsbourg. Ces jeunes musiciens réussissent à conserver la musique traditionnelle de la chanteuse tout en y ajoutant une touche retro-futuriste. Sans oublier la participation du célèbre batteur Tony Allen qui fait partie de ce beau rassemblement de talents.

Le clip Kamelemba, ou en français « Coureur de jupons », vient de sortir. La chanteuse y met en garde les jeunes filles contre les beaux parleurs aux fausses promesses d’avenir !

 

 

Et l’histoire ne s’arrête pas là. La diva qui ne se trouve jamais en peine prépare la seconde édition de son festival de décembre dans le Wassoulou au Mali, sa terre d’origine. Généreuse comme elle est, on y est conviées. N’hésitez pas à nous y rejoindre.

D’ici-là, découvrez le dernier album d’Oumou Sangare, Mogoya, sur le label Noformat.
Ou venez l’écouter en live le 17 juin à la Maroquinerie !

Romane Ricard

About The Author: Romane Ricard