MUSIQUE // Clem Beatz : FKJ servi à la sauce Hyères

En 2011, Clément devient Clem Beatz, l’homme aux multiples pads. Ayant grandi à Hyères, proche de Toulon, Clem a fait beaucoup de scènes ouvertes et s’est développé musicalement grâce à ses deux premiers groupes : les Slakes, un groupe de rock d’abord, puis son groupe de hip hop, qu’il forme avec trois potes. C’est là qu’il commence à manipuler les samples.

© Adrien Combes

 

À la sauce Hyères

Depuis 4 ans, la scène musicale toulonnaise se développe, notamment à travers des associations, des bars où les artistes venus des quatre coins de la France peuvent se produire. Mais ce n’est pourtant pas à la Toulon que Clem a trouvé son inspiration. C’est en écoutant Dr. Dre, Eminem ou les français Hocus Pocus. Clem Beatz, c’est du FKJ servi à la sauce Hyères.

Non loin de cet univers hip hop, dans un univers post-Fakearien, Clem Beatz travaille différents samples et s’inspire énormément de ses voyages pour construire ses morceaux et intégrer dans chacun d’eux une partie de ses expériences autour du globe. Que ce soit pour Floating et ses sonorités venues d’ailleurs ou Meet You, beaucoup plus aérienne, proche d’un Sébastien Tellier notamment grâce à l’utilisation du piano et de la voix, chaque morceau est unique et dresse un portrait humain ; le portrait d’un globe-trotter en quête de création. L’aboutissement ? Un deuxième EP, Daydream, sorti le 31 mars 2017.

 

Dis-moi où tu voyages, je te dirais qui tu es

Fin 2015, Clem s’embarque dans une aventure, un grand voyage : après 3 jours à Tokyo, 7 mois en Australie et 2 semaines à Bali, il revient avec un nouvel EP à son image. Il a enregistré des voix et des musiques traditionnelles, notamment lors de son escapade à Bali, qu’il a intégrées à ses morceaux pour donner cette envie de voyager, de s’évader. Pour le musicien, cet EP est celui de l’évolution, d’une maturité personnelle et plus dynamique qui marque la transition avec ses premiers sons.

© Adrien Combes

 

Chaque morceau est une nouvelle aventure, et c’est lors de ses voyages, grâce à cette énergie de l’ailleurs, que Clem a composé les morceaux de son dernier EP : Meet You, Daydream, Somewhere Nice, ou encore Lucioles. Pour Floating, c’est un peu différent : après avoir posé les bases avec la batterie et certains airs, il l’a laissé mûrir pendant quatre ans sans savoir comment le terminer… jusqu’à ce qu’il arrive à Bali. Deux jours après, la version instrumentale du morceau naissait. Mais grâce aux sages conseils et la voix de Mary May, Floating est aujourd’hui un morceau mélodique, aux multiples samples et instruments.

 

Me, myself and I

Qu’il compose ou qu’il soit sur scène, Clem Beatz est seul. Des artistes comme Mary May ou Flo The Kid posent leurs voix sur certaines de ses créations mais le jeune beatmaker est un solitaire et aime son autonomie : pas de contrainte ! Deux invités dans le premier EP, deux dans le deuxième, l’équilibre est parfait. Mais de ses enregistrements à la scène, le modus operandi change légèrement. Sur scène, il donne un spectacle et sa musique doit être aussi intéressante à écouter qu’à regarder.

© Adrien Combes

 

Lorsqu’on en vient à parler de la scène française et l’influence des beat makers français, Clem n’émet aucun doute : aujourd’hui, les beat makers mettent de côté les samples au profit des instruments. Une grande partie de ces artistes sont de très bons musiciens. Clem cite notamment FKJ, multi instrumentaliste qui « ne se cantonne pas à sampler de vieux morceaux ». Lui-même aime jouer avec les instruments et aime d’autant plus jouer avec les basses et les faire ressortir, comme dans Bell in the bass.

Clem Beatz est un homme du voyage. Seul au quotidien, sa musique l’aide à s’exprimer, à faire passer un message et il compte largement poursuivre cette méthode. Après le Japon, l’Australie et Bali, il souhaite partir à la découverte de la Thaïlande, la Bolivie, la Chine ou encore l’Islande, pour de nouvelles aventures créatives et musicales. Et pourquoi pas, atteindre l’image grâce la musique de film ?

 

Suivez l’actualité de Clem sur sa page Facebook

Nina Lecourt
Photos © Adrien Combes

About The Author: Nina Lecourt

Ma grande passion : le cinéma, la musique et tous les plus grands acteurs culturels qui font la richesse de notre société 3.0. J'ai traversé la Manche pour étudier le journalisme télévisuel avant de revenir vers ma France natale pour partager mes passions, mes coups de coeur mais surtout appliquer le crédo de Hemingway: "Paris est une fête".