MUSIQUE // AVEC HIER SOIR, DES LENDEMAINS PROMETTEURS

Hier Soir c’est le groupe d’Alix et Clément, deux musiciens aux univers divergents, déjà chacun investi dans un autre projet musical en parallèle. Tafmag les avait entendus au Pop-Up du Label et s’est laissé prendre par leur douce mélancolie. On donc a eu envie de les rencontrer avant leur prochaine date au Hasard Ludique. Interview avec un duo que tout sépare. En apparence.


 

  • « LES OPPOSÉS S’ATTIRENT »

Alix et Clément n’arrêteront pas de le dire tout au long de l’interview, ils sont très différents. Que ce soit dans la musique ou sur des sujets pourtant simples comme les couleurs ou le choix d’un menu au restaurant ils sont toujours en désaccord. Clément lui a d’abord commencé la musique par un projet solo Jumo, 100 % électro. Alix, fait elle aussi partie d’un autre projet, Melody Says qui tend plutôt vers la pop anglaise. Pourtant, de leurs oppositions est né un projet musical ambitieux, Hier Soir.

Ils comptent pour le moment deux titres à leur actif (« Chanson d’amour » et « Laisse-moi »). L’un comme l’autre nous plonge dans une atmosphère très mélancolique mais tout en douceur dans laquelle les deux artistes se retrouvent, enfin. On a l’impression en les écoutant de revivre un lendemain de soirée, à déambuler sur les quais de Seine dans un Paris désert.

 

 

RENCONTRE AVEC HIER SOIR

A : Alix / C : Clément

•••

 

POURQUOI CE NOM, HIER SOIR ?

C • (Rires) On n’a vraiment pas assez préparé l’interview.

A • J’ai envie de dire que ça fait référence à hier soir.

C • C’était pour trouver un nom qui avait un peu de sens et qui permettait aussi de marquer les esprits. Cela permet de raconter plein de choses. Hier Soir c’est nostalgique.

A • Dans ce nom il y a à la fois le côté fête et le un côté un peu poétique.

 

COMMENT VOUS ÊTES VOUS RENCONTRÉS ?

A • On s’est rencontrés un soir dans un bar grâce à des amis que l’on a en commun. Je connaissais un peu ce que faisait Clément et lui savait aussi que je faisais de la musique. Et j’avais envie de faire un projet supplémentaire en parallèle pour sortir de ma zone de confort. À côté je suis dans un projet plus folk indie et j’avais envie d’explorer des sons nouveaux, une manière différente d’écrire. Mais on ne savait pas du tout où on allait.

C • On s’est dit que ça serait marrant d’essayer mais quand tu dis ça à quelqu’un, la plupart du temps tu n’essayes jamais. Et en fait il y a eu de la réactivité. Moi non plus je ne savais pas du tout où on allait mais je sais que j’avais envie de sortir de mon projet solo dont je commençais à faire un peu le tour.

A • Et c’est cool parce que ça a collé !

 

C’EST QUOI VOTRE SECRET POUR QUE ÇA MARCHE ?

A • Je pense que c’est peut-être le fait qu’on ne se connaissait pas très bien quand on a commencé à faire de la musique ensemble. On a beaucoup fait ce qu’on appelle du « ping-pong » à distance. Clément m’envoyait un truc, je lui envoyais autre chose et on rajoutait des sons par-dessus et en même temps on a découvert les influences de l’un comme de l’autre. Je pense que c’est ça qui a fait que ça a marché.

 

DONC LES DIFFÉRENCES ÇA AIDE FINALEMENT ?

A • Oui, les opposés s’attirent ! (Rires)

C • Je pense que c’est surtout les différences qui ont fait que ça a marché parce qu’on ne s’entend pas sur grand-chose (rires).

A • On a du mal à être d’accord sur plein de sujets mais c’est ça qui est bien. On va me demander ma couleur préférée, je vais dire le blanc il va dire le noir. La dernière fois quand on a joué aux Trois Baudets ils nous ont proposé un menu et à chaque fois qu’il y avait deux choix à faire, on a pris les opposés sur entrée, plat et dessert.

 

 

VOUS TRAVAILLEZ TOUS LES DEUX SUR UN AUTRE PROJET EN PARALLÈLE. PASSER D’UN UNIVERS À L’AUTRE ÇA N’EST PAS TROP DIFFICILE ?

A & C (en chœur) • Ah non ça fait vraiment du bien au contraire !

A • En plus ça fait respirer chaque projet de faire un peu des deux.

C • Là on va en studio dans deux semaines avec Hier Soir pour bosser et je sais que ça va me faire beaucoup de bien parce que ça fait un mois que je bosse sur un nouveau live pour Jumo et je n’en peux plus !  Et même quand je suis chez moi et que je sature je passe sur un autre morceau.

A • Et puis ça arrive que des titres qu’on voulait mettre sur notre projet solo se retrouve dans le projet Hier Soir. J’ai déjà envoyé des titres très pop à Clément.

C • C’est cool parce que toi les projets très froids et électroniques tu les rends plus chaleureux et acoustiques avec des guitares. Et quand toi tu m’envoies des trucs où il n’y a que de la gratte, je ramène les machines dessus.

 

COMMENT FONCTIONNEZ-VOUS POUR L’ÉCRITURE DES TITRES ?

A • On fait pas mal de « ping-pong » sur les débuts de morceaux. Et après on se voit et on se fait des sessions de 4/5 jours aux Sables dans le studio de Clément. C’est ce qu’on va faire dans une semaine parce qu’on a des nouveaux titres en préparation. Et là pour le coup on sort tous les claviers dans une pièce et on fait un peu tout et n’importe quoi.

 

C’EST QUOI VOS INFLUENCES MUSICALES ?

A • Alors moi pour être honnête quand j’étais petite j’écoutais un peu de la m***e. Je pense que la bonne musique j’ai commencé à en écouter à partir de 18 ans. Je suis beaucoup la scène indé pop, rock, psyché. Les groupes comme Midnight Sister, King Gizzard, Kevin Morby… Après avec Clément on se rejoint sur de la musique un peu électro pop et surtout sur la chanson française : Michel Berger, France Gall ou des trucs vraiment récents comme Polo & Pan, Paradis.

C • Air on adore ! Je pense à Moderat aussi.

A • Air je crois que c’est le premier projet où on s’est dit qu’on aimait bien tous les deux.

 

 

VOUS MÉLANGEZ UN PEU L’ANGLAIS ET LE FRANÇAIS.
POURQUOI ?

A • J’avais envie d’écrire en français parce que c’est vrai qu’à côté dans mon autre projet je fais plus d’anglais. Après il y a quelques chansons en anglais mais qui se sont faites assez naturellement, ce sont les sonorités qui nous donnent envie de chanter dans une langue ou une autre. Il y a certaines musiques où c’est naturel de chanter en anglais.

C • Je pense que c’est un peu de ma faute si il y a des phrases en anglais. Parce que parfois le sens des mots en français peut me déranger. Mais c’est juste dans mon esprit, c’est bête.

A • C’est bien de pouvoir faire un peu des deux. Encore une fois Air le fait aussi. Et puis ça permet de montrer qu’on peut tout faire.

 

VOUS AVEZ TOURNÉ UN CLIP AU VIETNAM ?

C • En fait on partait en vacances au Vietnam et on s’est dit qu’on allait profiter de ce voyage pour faire un clip. On a fait ça sur le coup sans vraiment réfléchir. On s’est juste dit qu’il fallait voir Alix chanter donc on s’est baladés, on a tourné et après on a trié au montage.

A • Et dans ce clip, en fait je n’avais pas toutes mes jambes (rires). J’étais tombée en scooter et j’avais le genou retourné. Pendant tout le clip on ne le voit pas mais je suis avec des béquilles. J’en garde vraiment un super souvenir !

 

 

COMMENT ÇA SE PASSE SUR SCÈNE ?

A • Ça tabasse !

C • Y a une bonne patate, en plus on a mixé certains morceaux exprès pour le live.

A • Sur scène on est deux mais avec beaucoup de matériels du coup. On fait des claviers, je fais de la guitare, Clément de la basse, du slamper. On a le désir de faire un peu de tout, Clément était super content de pouvoir se mettre à la basse, au clavier.

 

UN PETIT INDICE SUR LE PROCHAIN TITRE ?

A • Le prochain single c’est peut-être un peu moins planant par rapport à ce qui est déjà sorti, un peu plus festif.

C • Ça parle d’un lendemain de fête (Rires).

A • Ça parle d’Hier Soir !

 

Photos : © Mathieu Foucher

 

Tentez de gagner des places pour le concert de Hier Soir et Teeers au Hasard Ludique.

 

Participants
16
Jours restants
Ended
Ce concours a expiré.

 

Retrouvez Hier Soir en première partie de Teeers
Le 11 avril
Le Hasard Ludique
128 avenue de Saint-Ouen, Paris 18ème

About The Author: Juliette Mantelet