MODE // Orphée présente ses odes à la femme avec Cléa Vincent (I)

Pour aller au delà d’un ‘glimpse’ dans sa collection, la créatrice d’Orphée, Colombine Jubert a poussé l’idée plus loin pour présenter ses pièces. Pas de lookbook dans cet édito mode mais un contenu plus loufoque, « plus interne à mon cerveau », tease la créatrice. Tafmag dévoile en exclusivité trois vidéos homemade de la marque, réalisée chacune en collaboration avec une musicienne française.

 

La Légende d’Orphée

« C’est plus crade et plus cru, plus érotique et plus humoristique », lâche Colombine. Avec la réalisatrice Andrea Mae Perez, elles ont créé des vidéos homemade mettant à l’honneur l’univers de la marque, mêlé à celui d’une musicienne française. « Des artistes ultra cool qui m’ont suivies dans le projet sans savoir dans quoi je les emmenais ! », se réjouit Colombine. Les vidéos présentent des « artistes-femmes » que la créatrice suit depuis leurs débuts, « la relève de la chanson française ». Très liée à la musique, la marque Orphée aime passer à la scène en habillant des musiciens émergents.

Pour ces vidéos, Orphée a choisi trois femmes. « Des femmes, différentes des unes des autres mais qui ont en commun le charisme et une féminité assumée, chacune à leur manière ».

Si on ne divulgue pas encore les héroïnes des deux prochaines vidéos, on peut toutefois révéler que pour de futures collaborations, Orphée a songé à des profils aussi différents qu’inspirants :  Rossy de Palma, la chanteuse de La Femme, celle de L’Impératrice, Alma des Burnings Peacocks, Soko, Juliette Armanet ou encore Corine : « Des femmes fortes et belles comme j’aime».

 

Séquence 1 : Cléa Vincent chante Dalida

Une french pop dansante et pétillante, voilà ce que nous propose la jeune pépite de la chanson Cléa Vincent. Remarquée à ses débuts sur les petites scènes de bars parisiens, elle développe depuis un univers musical très personnel, à contre courant, réactivant les douces heures de la variété française. Ces titres entêtants aux mélodies synthétiques ne sont pas sans rappeler les morceaux de Michel Berger et de France Gall, sources d’inspirations majeures de l’artiste.

 

Une pop synthétique et acidulée

Dans cette première video du projet une « Ode à la femme Orphée », Cléa Vincent se glisse dans la peau de Dalida et se livre à un rituel de vénération à l’artiste défunte. Les plans se succèdent face à ce qui s’apparente à un autel d’adoration à la chanteuse. Les zooms sur certains objets, myriade de symboles faisant écho à la personnalité de l’icône des 70’s, ponctuent la video comme pour nous replonger dans son souvenir. La jeune chanteuse danse, parée d’une veste blanche signée Orphée et reprend le tube de la star, « Femme est la nuit ». Toute cette orchestration est fondue dans une esthétique « homemade » des plus vintage. Bon visionnage !

 

 

ORPHÉE
Site
Instagram  

 

CLÉA VINCENT
Site
Instagram 

 

 

 

About The Author: Pauline Guillonneau

Après avoir travaillé en télé, en radio et en presse écrite à Paris, Londres et Sydney, j'ai finalement opté pour la presse web dans cette bonne vieille capitale française en créant TAFMAG.