LITTÉRATURE // ‘Aux vents mauvais’ d’Elena Piacentini : un polar et de l’Histoire

Une fine enquête

Accrochez-vous pour suivre le fil de l’enquête. 1966. Jean-Toussaint, jeune garçon de 9 ans rêve de s’acheter un couteau au manche incrusté de nacre sur son île natale de La Réunion. Aujourd’hui, le corps momifié de la jeune Jessica Diao est découvert dans le fond du cave de Roubaix. La violence faite à la jeune adolescente depuis son enfance jusqu’à sa mort contraste avec la bonté du commandant Leoni qui désire, coûte que coûte, rendre justice à l’adolescente placée toute sa vie en foyer et dont personne ne se souvient vraiment. Un peu plus loin, des fachos secouent les moeurs d’une campagne sans histoire. Puis il y a Colette, une ancienne professeur de mathématiques qui s’emmerde dans une retraite apathique. Alors elle épie son nouveau voisin.

elena-piancentini-aux-vents-mauvais-au-dela-du-raisonable-tafmag-litterature


Aux vents mauvais
contient son lot d’histoires et de personnages dont les destins, quelque part, se recouperont. Une fine psychologie qu’Elena Piacentini étaye tout au long de son polar et à laquelle on s’accroche pour contrer la terreur qui a donné lieu au début de cette nouvelle enquête du commandant Leoni et de son équipe.

 

Et un vrai sujet d’Histoire, « les Enfants de la Creuse »

Une enquête sous couvert d’une actualité réelle qui marque le début de cette année 2017 : de 1963 et jusqu’à 1982, sous les ordres de Michel Debré, plus de 2000 enfants réunionnais ont été déportés en France, dans la Creuse et placés dans des familles adoptives ou en foyer, sans qu’ils ne sachent rien de leur vie d’avant. Une migration forcée destinée à repeupler les régions rurales françaises, victimes d’exode et à résoudre le problème de surpopulation à La Réunion.

Au début de la semaine, la commission d’information et de recherche historique en charge du dossier vient de rencontrer une soixantaine de ces « enfants » pour recueillir leurs témoignages et éclaircir cette partie de l’Histoire longtemps ignorée*.

 

La littérature au service du lien social

On pourrait croire à un hommage à Verlaine et sa Chanson d’automne. Aux vents mauvais est la dernière enquête de l’écrivain Elena Piacentini où figure le commandant Pierre-Arsène Leoni. Brun, ténébreux, 35 ans, Leoni est parti du maquis corse pour s’installer dans le nord de la France, à Lille où il dirige la section homicide de la PJ. Tout comme son personnage principal, Elena Piacentini a grandi en Corse avec de merveilleux souvenirs de sa grand-mère qu’elle transpose à Leoni. Une incroyable paire filiale qui réchauffe les coeurs de ces terrifiantes enquêtes.

Née en 1969 à Bastia, Elena vit désormais à Lille où elle travaille dans les ressources humaines le jour et écrit et enquête la nuit. Beaucoup. Auteure prolifique, elle a déjà fait vivre son commandant Leoni à sept reprises en maniant avec habilité les histoires qui l’entourent. Un page turner comme on aime mettre la main dessus.

 

(…) Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la Feuille morte
– Verlaine, Chanson d’automne

Aux vents mauvais, paru aux éditions Au-délà du raisonnable. 280p, 18€
Et ici, le premier extrait du polar. 

* Pour plus d’informations sur le sujet des « Enfants de la Creuse », regardez le documentaire de William Cally, Une enfance en exil

 

 

About The Author: Pauline Guillonneau

Après avoir travaillé en télé, en radio et en presse écrite à Paris, Londres et Sydney, j'ai finalement opté pour la presse web dans cette bonne vieille capitale française en créant TAFMAG.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *