La Maison Rock de Joseph Chedid aka Selim

Joseph Chedid musique TAFMAG Edouard Burgeat.Il n’y a pas d’histoire particulière derrière le choix de son nom de scène. Selim, c’est simplement le deuxième prénom de Joseph Chedid. Un nom à consonance orientale en hommage à ses racines égypto-libanaises du côté de son père, Louis Chedid.

Les Chedid sont une famille d’artistes. Le père est un chanteur phare des années 70-80, la grand-mère, Andrée, est une poétesse de renom, peu de Français ne connaissaient pas le frère Matthieu, et la sœur, « Nach », est également chanteuse. On demande tout de même à Joseph comment il est tombé dans la musique : « J’ai été initié très vite », confirme-t-il en ajoutant qu’il a surtout grandi avec la musique de son frère, -M-, de douze ans son aîné. A treize ans, Joseph commence la guitare et la batterie. Il écrit rapidement des chansons et à 18 ans, il se dit pour la première fois, « tiens, celle là, je vais la chanter ».

C’est finalement grâce à de nombreux projets annexes que Joseph s’initie au monde de la musique. Il réalise des disques et fait des arrangements. Il écrit toujours ses propres chansons qu’il joue timidement dans les bars. « J’avais pas super confiance », se rappelle-t-il en riant. Au début, Selim s’investit musicalement dans les projets des autres, pour son frère, -M- ou encore Thierry Stremler, Arthur H, Chat (notre interview ici), Nach ou encore Luce.

Joseph finit par se lancer dans la chanson. On peut facilement imaginer qu’il n’est pas simple de trouver sa place musicale parmi une famille de grands musiciens. « Il y a deux ans, j’ai senti que j’étais prêt. Le regard des autres ne m’importait plus assez pour que je ne le fasse pas », confie Joseph qui a alors vingt-six ans et s’estime suffisamment costaud pour assumer son projet musical jusqu’au bout. L’écriture et la composition de son premier disque, Maison Rock, débute alors.

Maison Rock, ce sont des chansons en français avec un esprit rock. « Plus qu’un style rock, il y a un esprit rock », précise Joseph. L’esprit rock, c’est celui de se lâcher en jouant, de faire de l’impro, « un truc sauvage », sans passer par dix enregistrements pour une prise. « C’est pas parfait, mais c’est vivant », dit Selim qui prône l’importance de l’humain dans sa musique mais aussi dans sa vie. « On vit dans une époque virtuelle, on n’a plus beaucoup de temps. La musique pour moi c’est un truc humain, qui permet de se connecter à l’esprit et au corps », tâche-t-il d’expliquer.

Ses thèmes de prédilection ? L’univers, l’art et les hommes. L’art en tant que traduction de l’esprit, ce que l’on n’explique pas mais qu’on a besoin d’exprimer. Le corps, c’est l’humain, les échanges entre les âmes. Surtout, Joseph a besoin de rêver. Le chanteur aime imaginer et créer.

Du rock, de la pop, du psychédélique, de l’électronique, un peu d’oriental et beaucoup d’humain, donc, dans ce nouvel album qui sortira à la rentrée avec un été chargé en découvertes. Joseph a autoproduit ce premier disque, dans la volonté «  de ne pas [s]e formater ».

« C’est hyper agréable de faire les trucs par soi-même », dit Joseph. C’était un choix et aussi une nécessité de faire exister ce premier disque sans passer par des boîtes de production ou des labels auprès desquels il aurait probablement pu avoir ses entrées.

Chez les Chedid, chacun à ses propres projets mais tous partagent et s’entraident. « Toute ma famille a interagit d’une manière ou d’une autre sur mon disque », affirme Joseph, reconnaissant. L’aînée de la famille, Émilie Chedid, a réalisé le clip Paranoia qui sortira à la rentrée. Joseph, rieur, s’empresse d’ajouter : « On partage beaucoup mais pas tout ! On a chacun nos jardins secrets et nos personnalités. »

Aujourd’hui, Joseph est fier d’avoir touché à tout. « Tout faire, c’est de notre époque », dit-il gaiement. Selim a travaillé à son rythme, il a appris le métier et à croire en lui. Il joue désormais sur scène avec sa compagne, Chat –  « une rencontre humaine imprévue » que Joseph chérit – et son frère Pierre Juarez à la batterie. Une deuxième entreprise familiale qui débute autour de se premier projet. En attendant d’écrire un nouveau disque…

Pauline Guillonneau
Crédit photos : Edouard Burgeat

Dates à venir :
24 et 25 Juillet à Noirmoutier avec -M-, Nach & Selim
31 Août au festival Kiosquorama à Paris

Suivez le reste des actualités de Sélim sur sa fanpage et son site et jouez tout l’été avec le chanteur en envoyant votre Maison Rock à Selim sur Instagram avec le hashtag : #TaMaisonRock

à propos de l'auteur Pauline

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *