JEUDIG’ #14 //Marvin Gaye et Donald Byrd réunis sur une jeune compile

Aujourd’hui, je dig Where Are We Going?/Woman of the World de Marvin Gaye et Donald Byrd, paru sur Motown et Blue Note en mai 2014.

Union myhique

Les deux labels mythiques, Motown et Blue Note ont décidé d’unir leurs forces pour cet EP. À l’occasion des 75 ans de Blue Note, le label a choisi de rééditer deux titres de Donald Byrd produits par les frères Mizell, Where Are We Going et Woman Of The World sur la face B. Et c’est la Motown qui édite sur la face A et pour la première fois, les mêmes deux titres dans une version inédite, interprétés par Marvin Gaye.

 

« We produced a Marvin Gaye record that never came out. This record’s never been heard before, it’s never been released.
It was supposed to be the follow up to What’s Going On » – Larry Mizell

 

Enterré par le Motown

En effet, juste après What’s Going On, Marvin enregistre avec Larry et Fonce Mizell (qu’on a déjà évoqué dans le Jeudig’ sur Bobbi Humphrey) ce qui est supposé être son prochain album. Ensemble, ils enregistrent les bases de 3 morceaux… qui ne sortiront jamais. Enterrés par la Motown (on parle de dissensions au sein du label), c’est d’abord Where Are We Going qui reverra le jour, 30 ans plus tard, chez Universal qui a alors racheté le mythique label de Detroit. Elle est proposée ici (A1) dans un mix inédit.

 

« Hey lady / If independence is your thing
You’ve got the world on a string / Go out and take your turn »

 

Quant à la version de Woman Of The World chantée par Marvin Gaye, il faut attendre cet album en 2014 pour la découvrir (A2). Sur la face B, on découvre ou redécouvre les 2 titres, cette fois-ci enregistrés précédemment sur deux albums de Donald Byrd pressés chez Blue Note en 1973 : Black Byrd et Street Lady.

 

Donaldson Toussaint L’Ouverture Byrd II

Dolad Byrd, Donaldson Toussaint L’Ouverture Byrd II de son vrai nom, est né à Détroit en 1932. Trompettiste de jazz, sa carrière suit plusieurs tendances, toujours à la limite de la fusion : avec le funk, la soul, le rythm and blues et même le rap. Mais c’est avec le hard bop qu’il s’épanouit réellement, notamment aux côtés de Art Blakey & The Jazz Messengers. Il y remplace Clifford Brown, l’une de ses idoles, icône trompettiste de sa génération. Byrd intègre les influences de Miles Davis comme personne et trouve un son qui est sien. L’apport des frères Mizell, producteurs, compositeurs, arrangeurs, parfois même musiciens et chanteurs sur de nombreux de ses albums, est indéniable.

Black Byrd est donc le premier fruit de sa collaboration avec Larry et Fonce Mizell. Where Are We Going? est le morceau de clôture de cet album sur lequel Byrd est accompagné par le groupe qu’il a lui même formé avec les dénommés The Blackbyrds.

 

Byrd, à la trompette, est ici accompagné par la flûte délicate de Roger Glenn, un autre protégé des deux frères Mizell avec qui il produit en 1976, le merveilleux album Reachin. Au chant, c’est Larry et Fonce qu’on peut entendre.

Black Byrd, c’est aussi la meilleure vente de Blue Note de tous les temps. Pas étonnant que le label choississe d’en rééditer le titre phare, à l’occasion de ses 75 ans, sur ce vinyle que l’on vient de digger ensemble.

Le morceau Woman Of The World, quant à lui, est en clôture de Street Lady, autre album de la période « Mizell bros » de Byrd. Il succède d’ailleurs directement à Black Byrd, la même année. Larry Fonce conçoit cet album conceptuel, « street lady » ou fille de rue, comme le soundtrack d’un film de blaxploitation imaginaire.

 

Résonnance moderne

La musique de Donald Byrd a encore une grande influence sur la musique d’aujourd’hui, samplée par tout le hip-hop américain : Nas, Public Enemy, A Tribe Called Quest, 2Pac… Donald est également invité par Guru, le MC de Gangstarr sur son album Jazzmatazz vol. 1 en 1993. C’est une façon pour le rappeur, de revendiquer ses influences et l’origine de ses samples : Donald Byrd est en effet considéré comme l’un des grands influenceurs du jazz-rap.

Un disque incroyable donc, entre rééditions inespérées et redécouvertes, fruit de la collaboration entre deux des plus grands labels musicaux de tous les temps…

Allez, bonus, cette vidéo diggée par Gilles Peterson, live au festival jazz de Montreux dans lequel on voit Byrd accompagné des Black Byrds et même des frères Mizell.

 

 

Paloma Colombe

About The Author: