HIGH FIVE // Les 5 pépites que l’on retient du Festival Côté Court

Le court est toujours plus court que le long. Il est sans contrainte. Il est plus libre dans son expression. Il impose de rassembler toutes les qualités d’un long. Il accueille les nouvelles générations et sera de nouveau mis à l’honneur à l’occasion du Festival Côté Court qui déniche les nouveaux visages du cinéma français. Pour sa 26ème édition, Le Festival Côté Court investira Pantin dans son Ciné 104 jusqu’au 17 juin et nous fera découvrir les cinéastes et artistes d’aujourd’hui et de demain.

 

 

Comme chaque année la programmation est riche et variée, accompagnée de concerts, conférences et performances live. Plus de 105 films seront présentés dont des films d’école, des films auto-produits et des films de sociétés de production. Côté Court qui se distingue par sa capacité à exposer des démarches différentes et toujours à l’affût des dernières tendances, inaugurera cette année la compétition de Nouveaux Médias. TAFMAG les a regardés et vous présente ses coups de coeur.

 

1. Idols de Blanca Camell Galí

Dans une soirée à Barcelone, Helena espère trouver un ancien amant dont elle est encore amoureuse. Un film vibrant aux éclats électriques de Blanca Camell Gali qui met en lumière ce chagrin d’amour mêlé de mépris et lassitude.

 

2. Journée Blanche de Félix de Givry

Ce premier court métrage de Félix de Givry capte l’instant de deux adolescents qui se prennent à un jeu d’adultes dangereux. Une belle performance des deux jeunes acteurs Tara-Jay Bangalter et Lily Taïeb qui qui nous font à nouveau revivre les doutes inconfortables de l’adolescence.

 

3. Dirty South de Olivier Strauss

Primé au festival de Clermont-Ferrand en tant que meilleure première oeuvre de fiction, le film Dirty South montre deux jeunes soeurs qui emménagent avec leur mère dans une tour de béton entourée de terres agricoles à perte de vue. Habité par un ton décalé, le réalisateur Olivier Strauss parle d’un sud poétique, d’une solitude à la campagne et d’une adolescence à l’heure de ses premiers émois sexuels.

 

4. Le film de l’été d’Emmanuel Marre

Sélectionné parmi les 50 artistes à suivre de Bubble Gum, Le film de l’été est baigné dans une ambiance de roadmovie avec plans de voiture, d’autoroutes et aires de repos, Philippe, déprimé, la quarantaine, accompagne son ami et son fils dans leur voyage. Présenté à la Berlinale et au festival de Clermont-Ferrand, Le film de l’été d’Emmanuel Marre raconte l’histoire d’un homme qui veut mettre fin à sa vie et d’un petit garçon qui le retient.

 

5. Please love me forever de Holy Fatma

Lili, une fille aux airs albinos, pas tout à fait comme les autres, vit dans un monde complètement barré avec sa mère, une femme obsédée par la conservation du corps mais qui ressemble plus à Frankenstein qu’à une femme bien entretenue. Un film réalisé par Holy Fatma qui fait oublier le monde réel et dont on retiendra qu’il ne faut pas jouer avec l’amour.

 

Festival Côté Court au Ciné 104
104 avenue Jean Lolive 93500 Pantin
Tous les jours jusqu’au 17 juin

Rendez-vous sur www.cotecourt.org pour voir la programmation des séances et événements.

About The Author: Juliette Colin