HIGH FIVE // Les 5 photographes à ne pas manquer au festival Circulation(s)

Le grand rendez-vous du 104 va bientôt prendre fin ! Le festival de photographies europennées Circulation(s) est installé depuis le 21 janvier et fermera ses portes ce weekend, le 5 mars. On a sélectionné pour vous 5 photographes à voir à tout prix. Mais avant, regardez à nouveau le dernier « Melting Potes TAFMAG« , réalisé par Julie Oona, sur le collectif Fetart, organisateur d’expositions photographiques depuis 15 ans, et créateur de Circulation(s) depuis huit éditions.

 

 

 

01. Weronika Gesicka (Née en 1984, Pologne)

Voilà une série photographique qui évoque le rôle de la photo dans le souvenir qu’elle détient. Le projet de Weronika Gesicka regroupe des photographies vintage où l’on peut voir des photos de vacances, de famille, de vie. Mais que sait-on de ces images que l’on nous montre ? Sont-elles mises en scène ou prises spontannément ? Les souvenirs qu’elles défendent sont-ils vraiment ceux que l’on croit voir ou s’agit-ils de scènes fabriquées, posées et présentées ?

 

Weronika Gesicka-tafmag-circulations

 

Sanne de Wilde (Née en 1987, Belgique)

On oublie – ou on le savait peut-être pas -, mais daltonien en anglais se dit « colorblind ». Aveugle de couleurs. Sanne de Wilde s’est rendue sur l’île de Pingelap dans l’océan Pacifique, afin de rencontrer les habitants, avec une forte communauté de daltoniens. Elle a alors réalisé une série à leur image, pour nous montrer comment les « coloblinds » voient le monde.

sanne-de-wilde-tafmag-circulation-melting-ptoes

 

02. Johanna Benaïnous et Elsa Parra (Nées en 1991 et en 1990, France)

Des portraits d’amies. Des selfies de couple. Des scènes vues et revues, partout sur les réseaux sociaux. Johanna et Elsa se sont rencontrées à New York et ont commencé leur série A Couple of Them en 2014. Héritières de Cindy Sherman, le duo d’artistes se met en scène, réfléchissant à la meilleure manière de se déguiser, de se travestir en « un autre ».

tafmag-Johanna-Benaïnous-et-Elsa-Parra-a-couple-of-them-circulations-centquatre

 

04. Miia Autio (Filande)

On retrouve à nouveau une série sur les albinos, un des sujets privilégiés du moment, comme on en avait parlé dans notre High Five spécial Rencontre de la Photographie à Arles. Variations of White commente la subjectivité du regard : on ne voit pas immédiatement que les photographies de Miia Autio sont des négatifs. On fixant ces silhouettes noires puis une surface blanche, l’oeil dessine alors des contours blancs.

 

Miia-Autio-tafmag-circulations-centquatre-melting-potes

 

05. Arunà Canevascini (Suisse)

Cette série présente les frontières entre la vie de famille, la vie sexuelle, la vie de femme. Arunà Canevascini est née à Téhéran d’une mère artiste iranienne. Elle a souhaité explorer son rapport aec sa mère, le lien filial au sein duquel une jeune fille devient femme.

Arunà-Canevascini-tafmag-melting-potes-circulations-centquatre

 

Le festival Circulations(s) du 21 janvier au 5 mars 2017
Au CentQuatre
104 rue d’Aubervilliers, Paris 20e

 

 

à propos de l'auteur Pauline Guillonneau

Après avoir travaillé en télé, en radio et en presse écrite à Paris, Londres et Sydney, j'ai finalement opté pour la presse web dans cette bonne vieille capitale française en créant TAFMAG.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *