HIGH FIVE // Les 5 événements à expérimenter au Pølar Festival, pour célébrer la culture nordique

Attrapez froid en prenant du plaisir au Pølar Festival. Du 19 au 29 avril, Air d’Islande et Sinny & Ooko proposent la deuxième édition du Pølar Festival et mettent encore une fois les pays scandinaves à l’honneur : l’Islande, la Suède, la Norvège, la Finlande, le Danemark et le Groenland. Pendant dix jours, Paris va accueillir concerts, projections mais aussi talk shows et expositions, tout autour de la culture nordique. Voici notre sélection des cinq évènements à ne pas rater pendant le festival.

 

♦ Concert de Sekuoia & Sea Change

Le 26 avril, le Point Ephémère ouvre ses portes au projet Sekuoia, jeune producteur danois dont le premier album Flac est sorti sur le label Nowadays Records (chez qui on retrouve notamment l’incontournable Fakear.) Entre sonorités oniriques et sons enivrants, le jeune homme de 23 ans impose sa vision du monde et fait partager son amour de la musique. La salle accueillera aussi la Norvège ce soir-là avec Sea Change : à l’aide de sa voix céleste, la jeune artiste nous propulsera dans un autre monde, le sien, tout en restant dans un registre électronique plus épuré que l’on peut déjà écouter dans son album Breakage.

 

♦ Projection du documentaire Northern Disco Lights

Quoi de mieux pour commencer le weekend qu’une petite projection sur la culture musicale nordique ? Le vendredi 28 avril, la Gaité Lyrique présentera le documentaire Northern Disco Lights : The Rise and Rise of Norwegian Dance Music, réalisé par Pete Jenkinson et Ben Davis. Ou comment un groupe d’adolescents issu de la ville norvégienne de Tromsø ont transformé leur pays depuis les années 1970 en se réappropriant la dance music, donnant naissance à des artistes comme Todd Terje, Prins Thomas or Lindstrøm.
La projection sera suivie d’une rencontre avec Mental Overdrive et un journaliste spécialisé.

 

♦ Conférence : Aubes – La jeunesse danoise en éveil

Le dimanche 23 avril, à partir de 18h, la Maison du Danemark fera place à une conférence sur le féminisme contemporain et la place de la femme dans notre société avec Caroline Due, auteure du célèbre livre danois Femme, connais ton corps, de la curatrice Flora Katz et de la photographe Laerke Posselt qui expose par ailleurs sa série Bending Gender.

 

Bending Gender © Laerke Posselt

 

♦ Design : Le projet Koti

Plus qu’une simple exposition, le projet Koti  (ou « maison » en finnois) est ouvert tout au long du festival. Cette installation au cœur de l’Institut Finlandais a été créée par la designer Linda Bergroth pour les cent ans de la Finlande. Pendant cent jours, les visiteurs pourront donc admirer six différents chalets inspirés des « aitta » ou cabanes finlandaises, dans lesquelles un maximum de douze personnes pouront passer la nuit, « à la finlandaise ». Et en bonus, les réservations sont possibles sur Airbnb ! N’oubliez votre passeport pour une nuit dans la metsä.

 

♦ Les expositions photo  The Color of My Blues et Firefly

Le 21 avril au Pavillon des Canaux, le QG du festival, la française Clémence Elman capture le corps de la femme au milieu de la nature. Dans l’eau, sous le ciel, dans le moindre détail, le corps est au centre de son travail mais ne prend vie qu’au milieu des paysages danois. Avec une certaine forme de nostalgie, elle exprime alors ce « blues », à sa manière. Quant à Alexandra Quaade Del Campo, la jeune photographe danoise de 23 ans, elle documente sa propre vie au travers de plusieurs clichés et donne naissance à Firefly, permettant d’entrer dans sa vie, de découvrir son entourage et les paysages qu’elle parcourt. Une sorte d’écriture automatique visuelle. Et en prime, un showcase du chanteur suédois Martin Stahl, pour bercer ces belles images de sa voix mélodique.

The Color of My Blues © Clémence Elman

 

Nina Lecourt
PØlar Festival, du 19 au 29 avril

à propos de l'auteur Nina Lecourt

Ma grande passion : le cinéma, la musique et tous les plus grands acteurs culturels qui font la richesse de notre société 3.0. J'ai traversé la Manche pour étudier le journalisme télévisuel avant de revenir vers ma France natale pour partager mes passions, mes coups de coeur mais surtout appliquer le crédo de Hemingway: "Paris est une fête".