PHOTOGRAPHIE // Lorena Lohr présente ‘Ocean Sands’

À l’heure où nous bouclons notre 3e art-book à paraître ce novembre, on se replonge dans la toute première revue que nous avions créée, voilà 2 ans tout pile. Si le format n’a pas perduré, on en garde une belle selection d’artistes qu’on à continué à suivre ces deux dernières années.

Lorena Lohr en fait partie. On avait adoré ses photo-reportages, brutes d’honnêteté, comme un hommage à Stephen Shore. L’anglaise présente désormais Ocean Sands, résultat de plusieurs années de travail à travers les Etats-Unis.

 

Ardente étrangeté

Étrangeté et familiarité vont de pair dans les photographies de l’anglo-canadienne Lorena Lohr. Depuis 2010, dans les pas d’Eggleston, elle traverse le Sud-Ouest américain en train, en bus ou à pied où elle glane au fil de ses voyages, des rues sans noms et des routes oubliées qui forment sa série Ocean Sands. Ses photos, exemptées de toute présence humaine, nous plongent dans des paysages fugaces et des moment inattendus. Seule la trace que l’homme a laissé dans ce monde nous apparait, ainsi immortalisée dans les restes d’un repas, d’une marque sur un mur, de morceaux de voiture, de pans d’architecture…

L’expérience de l’inconnu compilée aux sentiment accrus de l’étonnement et de la peur qui l’accompagnent ressortent de sa série pour nous rappeler notre éternel statut de visiteur de ce monde. Comme nous le disait Jean d’Ormesson dans le Juif errant : « L’espace est la forme de la puissance des hommes, le temps la forme de leur impuissance ». Temps et Espace. Espace et temps. Deux notions qui ne font qu’une, nous happent et nous rappellent que la vie ne s’arrête jamais et pousse toujours vers de nouveaux horizons inexplorés, empreints de poésie.

 

Le site

About The Author: Romane Ricard