MUSIQUE // dOP présente Les Fils du Calvaire avec Smartie, le cochon-star allemand

[Il y a presque un an, nous publiions cet entretien de Fils du Calvaire, le penchant pop du groupe qui est également celui de dOP, lui axé techno. Les deux groupes sont à l’affiche de la première édition du Brox Festival 2017, qui signera « la closing » de la saison aux 2 Alpes. TAFMAG est partenaire de l’événement et comme nous serons sur place, du 14 au 17 avril, on vous parle plus amplement de la programmation. Et tant qu’à faire, on tâche de vous embarquer avec nous :  gagnez vos places par ici !]


Au départ, on n’avait pas voulu faire l’interview. On avait vu leur feat erotico-censuré avec la Djette techno Miss Kittin, Rester avec toi. Ça sentait bon le plan comm’ pour le nouveau groupe de dOP. Et finalement, on s’est laissées tenter par ce trio de trentenaire un peu fou qui avait l’air hypra marrant, en plus de faire de la french pop pas si commerciale que ça, en vrai.

dop-fils-du-calvaire-tafmag-the-arts-factory-magazine-musique-interview

Hôtel particulier zoophile

Le rendez-vous nous est donné dans l’hôtel particulier de Because Music. Une matinée habituelle pour TAFMAG quoi. On apprend en passant que l’immeuble appartenait jadis à un comte zoophile. Puis on s’assied dans une pièce néo-classique, plafond haut, avec dorures et moulures aux murs. Un joli décor qui sera vite témoin d’un aquarium géant, à force de cloper tous en même temps.

On rencontre Jonathan, Damien et Clément, un peu fatigués de s’être levés à 4h du mat’ pour prendre leurs avions depuis Berlin et Barcelone. Mais ils sont bien là, devant une grande planche de charcut’, pour la promotion de leur premier album avec leur nouveau projet, Les Fils du Calvaire. Ils me proposent gentiment du jambon blanc, « ou peut-être des fraises Tagada ? », avant de lancer mon interrogatoire.

Jo, Clément et Damien sont de grands habitués des avions. Parce qu’avant d’être Les Fils du Calvaire, ils sont dOP, ce trio techno qui cartonne dans le monde entier. Les mecs tournent à 4 avions par semaine en moyenne. Ils vivent désormais à Berlin pour Clément et Damien, à Barcelone pour Jo. Berlin, c’est facile, c’est parce que c’est la ville de la techno. Et Barcelone parce qu’il y a du soleil. On envie soudainement cette facilité évidente à faire que ce qu’on veut.

dOp, le projet fou mais pas (trop) bordélique

dOP, c’est leur premier ‘vrai’ projet ; « c’est l’aboutissement de notre amitié et de toutes nos conneries », lance Damien. Ils se rencontrent entre 6 et 10 ans à Paris, passent par 5 ou 6 groupes différents avant de proposer cette techno live sur laquelle se pose la voix aux dix octaves de Jo. « Ça a tout de suite fonctionné parce que c’était le premier groupe canalisé », dit Clément. Comprendre : le premier projet un peu moins bordélique que les autres. Jo, Clément et Damien se lancent donc en 2006 dans cette musique de club, une musique et un lifestyle qui leur ont tout de suite plu. Et c’est assez naturellement qu’ils posent leurs valises à Berlin pour être au plus près des grands clubs techno.

« Il paraît que vous vous marrez tous les jours, c’est vrai ? » demande-t-on naïvement. C’est quand même super intriguant de rencontrer 3 meilleurs potes qui ne se lâchent pas un seul jour depuis 20 ans. Et ce qui est encore plus étonnant chez ce groupe, c’est que non seulement ils sont amis d’enfance – ça encore, c’est assez classique -, mais qu’ils aient tenu à refaire un groupe, tous les trois. En fait, ils expliquent qu’ils veulent faire que des premiers albums : « C’est une manière de rester vivants », disent ceux qui ont sûrement un peu peur de vieillir. C’est ainsi qu’avec dOP, ils ont sorti un seul album en 10 ans mais par contre ils ont fait une cinquantaine de maxis. Alors plutôt que de se lancer dans un second opus, ils recréent un groupe. Et avant de plancher sur le prochain – un groupe d’indie-métal avec chants en latin qu’ils m’ont proposé de manager ; le Graal -, ils ont créé Les Fils du Calvaire.

Les Fils du Calvaire, la musique de campagne

Le pitch : s’évader un peu de la scène techno pour refaire du live sur instruments, le tout avec de la musique de campagne. Le dernier concept est un peu flou, mais l’idée c’est de chanter en français des paroles absurdes et faire des clips aberrants. Et sur fond techno bien sûr, parce que quand même, la techno, c’est leur fond de commerce. Voilà un nouveau projet où le gang peut, encore une fois, faire n’importe quoi.

Exactement à l’image de leur vidéo promo pour ce premier album avec FDC, tourné en 2012 : allongé sur l’herbe, le trio organise un pique-nique avec Smartie, le cochon le plus aimé d’Allemagne. Une star paraît-il. Damien, Jo et Clément présentent leur nouveau projet avec des premières dates en Allemagne. « On a demandé à tous nos potes de nous booker. Ils l’ont fait, c’était sympa. Parce qu’ils il ont tous perdu beaucoup d’argent ».

Il faudra toutefois attendre près de quatre ans pour voir l’aboutissement de leur travail avec ce premier album, Fils de, enfin sorti ce 25 mars dernier. La release party de Fils de, c’est le 2 avril prochain. Avec ou sans cochon, on verra bien. Et pour apercevoir les personnages, on vous conseille la Boiler Room de Berlin, géniale cela dit-en passant, où, après mille pilons, ça finit en bataille de confettis au bord du Spree.

 

Retrouvez les actus des deux groupes sur leurs fanpages : dOP & Les Fils du Calvaire

 

About The Author: Pauline Guillonneau

Après avoir travaillé en télé, en radio et en presse écrite à Paris, Londres et Sydney, j'ai finalement opté pour la presse web dans cette bonne vieille capitale française en créant TAFMAG.